Suite à la réforme territoriale et la fusion des régions Picardie et Nord-pas-de-Calais, la nouvelle Agence régionale du livre et de la lecture des Hauts-de-France travaille actuellement à la complétude des données de ses différentes bases -Annuaire, Agenda et Parutions-.
Si vous êtes un acteur régional et que vous n'êtes pas encore référencé dans ces différentes bases, merci de prendre contact avec la structure : communication[@]ar2l-hdf.fr.

REGARS HALLUCINÉS

Imprimer en PDF Ajouter à ma selection Envoyer par courriel

RAPTS DU ÇA



Ce titre est un vers d’Alain Marc. Je l’ai choisi parce qu’il caractérise abruptement l’acte mental qui s’exprime dans les poèmes de cette suite. Mais, dira-t-on, l’auteur lui-même met en avant le mot « regards » pour désigner le genre qu’il invente… L’étonnant est que le choix de ce vers a précédé la lecture des « notes » et de la « postface », qui confirment la justesse spontanée de ce choix pour qualifier la méthode d’écriture. Et de rapts » à « regards » se tisse aussitôt tout un jeu de correspondances d’autant plus vives qu’elles renvoient des « actes ».
Regards donc, et qui saisissent, qui prélèvent, qui arrachent, puis demeurent en arrêt devant ce qu’ils viennent de rapter : quelques mots que leur contemplation métamorphose en éclats de sens ou de révélation. L’acte de composition connaît ainsi trois phases : prendre un peu de matière verbale, l’isoler en la magnifiant, l’insérer dans la stèle du poème. Le résultat est surprenant :

Étoffe
filtre égaré

Désert qui piaille
sur l’aréole

EXTERNE

On pourrait penser à l’écriture automatique, mais c’est tout le contraire : il n’est pas question de recueillir le flux de la pensée en évitant tout contrôle, il s’agit de trier la lecture comme l’orpailleur trie le sable de la rivière pour isoler la pépite — sauf qu’Alain Marc crée la pépite en la découvrant […] Le mot isolé est posé là dans son plus simple appareil, puis confronté à un suivant tout aussi nu. L’effet est détonnant car il déroute le “poétique” pour ne laisser que le nerf tendu, l’intensité.
Au fond, il faudrait lire ces Regards hallucinés syllabiquement pour que le son précède le sens. Pas de facilités, rien que l’épinglé sur le vif […] Le poème n’est jamais celui qu’on attendait : il invente son futur/présent et forme son lecteur en se récrivant dans ses yeux.

Bernard Noël

extraits de la préface des Regards hallucinés.

Auteur(s) :
MARC Alain
Editeur(s) :
LANORE
Activité(s) :
Parutions des auteurs ; Toutes les parutions
Domaine(s) :
Littérature ; Poésie
Prix :
13

ISBN :
978-285157-265-3
Collection :
« Lanore Littératures »
Format :
130 x 190
Nombre de page :
128
Année d'édition :
2014

Ma sélection

Votre selection est vide.

Envoyer par courriel Version Pdf